BEN SHINOBI (FRA)

Nous avons eu l’immense plaisir d’accueillir le très sympathique Ben Shinobi à notre Arcade. Nous avons sauté sur l’occasion pour lui poser quelques questions et ainsi pouvoir partager avec vous sa vision et son histoire avec les jeux vidéos.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Ben Shinobi est un superplayer français. Un joueur de haut niveau qui a réalisé de nombreux exploits sur des jeux mythiques. Il a notamment participé à quelques grands moments de l’émission Superplay sur Nolife.

Plus d’infos sur son Twitter ou sur son site web.
Visionner les émissions Superplays sur NoLife.

Ben-Superplay

Salut Ben, bienvenue chez Coin-op Legacy, et merci de nous consacrer une partie de ton précieux temps ! Commençons par le commencement : quel a été ton premier souvenir de jeu d’arcade ?

J’ai l’impression d’être à l’émission ‘Mon souvenir’ sur Nolife ^^. Alors, c’est Donkey Kong Jr, en 1982. J’étais en vacances aux Canaries ou un truc comme ça. Dans un hôtel, il y avait une salle d’Arcade. C’était l’époque où on y trouvait encore le premier Donkey Kong, Miss Pacman, Galaga, etc. Et j’ai kiffé sur Donkey Kong Jr avec le petit singe.

« J’étais gamin, j’avais sept ou huit ans, et je me souviens d’être rentré chez mes parents et d’avoir redessiné les screenshots des quatre tableaux. »

Il m’avait incroyablement impressionné ce jeu. Je ne sais pas pourquoi, il y avait d’autres jeux assez beaux à voir mais c’est Donkey Kong Jr en 1982 donc !

Ben-DKJR

Par la suite, tu jouais plutôt dans une salle d’arcade à côté de chez toi, dans un bar, ou seulement pendant les vacances ?

En province, il n’y avait pas grand-chose. Mais j’avais des parents qui étaient super ouverts ; ils me donnaient l’équivalent d’un café, à peine 2 crédits. Mais je passais plus mon temps à regarder en fait. Je n’avais pas forcément beaucoup envie de jouer. A l’époque (de 1983 à 1985) il n’y avait pas trop de ‘Continue’ sur les jeux, c’est plutôt après que c’est arrivé. Donc tu faisais ta partie, puis t’étais ‘Game Over’. Tu n’avais pas forcément envie de rejouer. Mais oui, je jouais beaucoup dans les cafés. Déjà à sept ou huit ans.

Avais-tu un jeu fétiche à cette époque ?

Les jeux fétiches c’est plutôt arrivé vers fin ’80, lorsque j’avais plutôt douze ou treize ans et que je commençais à être un peu meilleur joueur. Donkey Kong j’y jouais comme ça.

Les jeux fétiches c’était Shinobi, Cabal, Ghouls’n Ghosts, Ghost’n Ghoblins, etc. Tous les jeux entre ’86, ’87 et ’88, tous les gros hits du moment. Mais vraiment cette période-là! Après j’ai un peu décroché, un peu lâché les jeux vidéos. Et avant j’étais trop petit pour m’attacher à un jeu en particulier.

Tu es toujours resté dans l’arcade et le jeu vidéo ou tu as fait des pauses dans ta vie de ‘gamer’ ?

Dans les années ’80 c’était beaucoup l’arcade. Il y avait aussi ma mère qui s’intéressait beaucoup à l’informatique et qui a acheté un Commodore 64 pour faire de la programmation. C’était une super bécane ! Et progressivement on s’est aperçu que les jeux étaient extraordinaires et je m’y suis mis doucement. Je jouais un peu en Arcade, dans les cafés ; et je rentrais chez moi jouer aux conversions des jeux d’Arcade sur Commodore 64. Commando, Ghost’n Goblins, Bubble Bobble, tous ces jeux-là. Et puis du coup c’était tellement pourri que le soir je repartais mettre une pièce, un crédit. Bon les jeux étaient beaux malgré tout parce que les portages étaient beaux ; mais je faisais vachement la différence avec l’Arcade. Je me disais : en Arcade les couleurs c’est quand même autre chose ! C’était un vrai souvenir cette opposition micro et Arcade.

La jouabilité sur les adaptations était différente ?

Oui, c’était rigide ! En fait, cela dépendait quand même ; sur Commodore 64 il y avait vraiment de gros programmeurs qui adaptaient très bien les jeux. Je me souviens de Bubble Bobble et Rainbow Islands. Graphiquement c’était à des années-lumière mais le gameplay était bien retranscrit, la jouabilité était pas forcément plus rigide que celle des versions Arcade. Depuis une dizaine d’années que ma passion est revenu j’ai recomparé. Depuis que je joue en émulation, j’ai repris aussi l’émulation sur C64, sur Amstrad, sur Atari ST et je me suis dit : Waouh, il n’y a pas tant que ça d’écarts en terme de gameplay. C’était surtout graphiquement que se faisait l’opposition…

« C’est pour ça que tu allais remettre ta pièce dans la borne ! Pour les décors plus beaux, pour les graphismes plus fins, les sprites plus jolis. »

A l’époque je n’analysais pas le gameplay, je jouais juste pour le fun. Je ne terminais pas grand-chose, je n’étais pas du tout dans la compétition. Ça me passionnait mais je n’avais pas envie de ‘one-créditer’ le jeu ou de faire du score.

Je suis parti dans la compétition plus tard. Parce que j’ai fait beaucoup de tennis, que je suis éducateur de tennis aujourd’hui, et que je suis arrivé dans ce sport à un niveau semi-pro. J’ai fait énormément de compétitions, beaucoup d’entrainement, tous les jours. Et puis à un moment je me suis blessé, et depuis une bonne quinzaine d’années je ne fais plus du tout de compétition. Donc cet aspect un peu perfectionniste et compétitif que j’avais dans le tennis, je l’ai un peu remis dans mon autre passion qui était les jeux vidéos.

Je me suis dit : tiens, les jeux vidéos, je vais y rejouer. Et puis bon, les jeux Playstation, les jeux en 3D à la fin des années ’90 ça me gavait. Je n’ai pas aimé, donc je me suis dit que j’allais repartir dans les vieux jeux et les vieilles consoles. Je me suis racheté les Super Nintendo et Megadrive huit à dix ans après qu’elles soient sorties. Et là j’ai commencé à me dire que ces jeux là j’allais y rejouer mais avec un autre feeling. Bien faire les choses, bien faire le jeu, comme il avait été pensé et conçu.

C’était un challenge personnel que tu t’étais fixé ou c’était pour te mesurer aux autres ?

C’était par rapport à moi ! D’ailleurs je rencontre souvent des gens qui me demandent combien de records mondiaux je détiens. Je ne sais même pas répondre… Je n’ai jamais cherché à officialiser un score.

« Il y a beaucoup de gens qui m’ont dit d’aller sur Twin Galaxies pour officialiser mes scores. Ça ne m’intéresse pas. »

Déjà je joue pas mal avec un autofire, et j’utilise beaucoup de trucs comme ça qui sont considérés comme de la triche. Je joue avec mes propres règles. Je me fixe un objectif de départ que je dois atteindre ; et une fois atteint, je me demande si cela me suffit ou si je peux encore placer la barre au-dessus. C’est de la performance pour moi-même, c’est plus du dépassement de soi qu’autre chose.

Je me dis que ça je l’ai déjà fait dans le tennis, j’ai donné et d’ailleurs ça m’a achevé puisque je me suis blessé. Je suis allé au bout de moi-même. Je me dis maintenant c’est terminé, la compétition c’est par rapport à moi-même, et quand je sens que je ne m’amuse plus j’arrête. C’est ça qui me plait avec la machine c’est que tu stoppes quand tu veux.

Ben-Rainbow

Comment choisis-tu tes jeux ? Est-ce les jeux phares que tu aimais quand tu étais jeune et que tu veux redécouvrir pleinement ?

C’est compliqué… Il y a forcément l’effet nostalgie. Après, il y a un point commun à tous les jeux auxquels je joue, et qui n’a rien à voir avec la performance : la musique.

Je suis très mélomane et le son d’un jeu c’est très important. C’est comme le montage dans un film, entre le son et l’image. Si c’est bien fait tu accroches, et si ce n’est pas bien fait tu décroches et ta concentration n’est plus dans le film, tu penses à autre chose. Dans un jeu c’est pareil.

« C’est plus le montage sonore qui fait que tu es toujours dans le jeu, toujours en concentration, que tu restes dans ta performance. »

Dans Radiant Silvergun ou Ikaruga, la mise en scène au niveau musical, qui coïncide parfaitement avec l’action, est tellement parfait que même après trois milles heures de jeu, je continue à adorer la musique. A bout de trois milles heures, imagines à quel point les musiques je les connais par cœur ! Et non, je continue à adorer ça et à être en parallèle avec la concentration et la performance. La musique et la nostalgie sont des moteurs !

Après, j’ai aussi des genres de prédilections, comme le jeu d’action/ plateforme 2D et le shmup. J’aimerais faire autre chose parfois, j’aimerais réaliser des performances sur des jeux de voitures comme Out Run par exemple. C’est un jeu qui m’a laissé beaucoup de souvenirs quand j’étais gamin. Et je ne l’ai jamais refait. Parce qu’en émulation il faut un volant, il faut de vraies bonnes conditions.

Il y a aussi le Puzzle Game que je trouve génial. Mais c’est pareil, je ne me suis jamais trop impliqué là-dedans et ça prend du temps. Je me rends compte que je maitrise déjà beaucoup de jeux. Et quand tu as un boulot à coté, que tu as une vie de famille… qui ne comprennent pas forcement ce que tu fais (dans le sens essayer d’avoir un gros score juste pour soi-même), ce n’est pas facile. Vous êtes tous en équipe ici, on sent qu’il y a une cohésion quand je viens à Paris, une vraie communauté. Moi je suis tout seul. J’ai un ou deux potes qui habitent un peu loin qui aiment bien l’Arcade, mais on ne se voit pas forcement très souvent et on ne partage pas le même goût de la performance, donc quand je viens ici je suis dans un autre univers.

Là je viens pour une raison particulière, c’est que l’émission Superplay à Nolife est un peu dans le rouge. Je me suis toujours proposé ; et là encore j’ai senti qu’il y avait besoin.

Ah… que se passe t il ?

L’émission pourrait disparaître. Il n’y a pas assez de joueurs qui sont prêt à y aller, notamment venir sur Paris pour le run. Après, il faut expliquer correctement le jeu et le gameplay. Même pour moi qui suis enseignant et qui suis pédagogue de métier, ce n’est pas facile. Et je me suis retrouvé plusieurs fois sur des jeux ou je ne savais pas trop quoi dire.

C’est un superplay live. Alex (Pilot) me dit de jouer en live, et ensuite on monte. C’est la base de l’émission, et je la trouve plus intéressante comme ça. Tu joues en live et après tu la commentes. Même si quand je fais un truc en live, je sais que je ne vais pas faire un truc parfait et je suis parfois dans la frustration. Mais il faut aussi pouvoir parler d’un truc qui est lié au jeu mais qui n’apparait pas forcement à l’écran, et jouer en même temps…

J’aime bien cette émission parce qu’elle est vachement pédagogique. Je n’aime pas le principe de faire une démonstration pour le principe de faire une démonstration, pour dire : voilà mon skill. C’est pour ça que je ne participe pas du Stunfest. J’irais un jour pour voir l’ambiance mais je ne suis pas dans la démonstration. J’essaye de faire comprendre à ceux qui gèrent la communication que ce n’est pas mon délire de venir faire une partie juste pour dire je sais jouer au jeu. Ça ne m’intéresse pas. Par contre dans l’émission Superplay c’est bien parce qu’on explique la mécanique du jeu. Si je ne peux pas expliquer en même temps ce que je fais, c’est par déformation professionnelle, je n’ai pas envie.

« J’ai envie de faire partager la connaissance, pas de partager la performance. »

C’est plus un guide, ce qu’il faut faire, ce que les développeurs ont voulu faire en mettant ce gameplay, ce système de score, etc. Je discutais sur Raiden Fighters, et il y a plein de trucs inconnus sur ce jeu, comme toute la subtilité du système de scoring. Il y a des trucs qui sont super tordus, super profonds ; des trucs intuitifs et d’autres moins. Et tout le monde se dit : bon, Raiden c’est Raiden… Alors que non justement. C’est ça qui m’intéresse.

Ben-RaidenFighters

Est-ce que tu as l’impression qu’il y a un ‘cercle’ de superplayers ? 

Je ne peux pas juger puisque je ne les côtoie pas suffisamment. De mon point de vue, tous les superplayers que je connais, que ce soit ici ou au Japon, sont dans la course au score et à la performance (vis-à-vis du ranking justement). Le but c’est d’être premier dans les Game Centers!

Eux sont tous dans cette course là ; et moi je n’y suis pas du tout. A la limite c’est un repère. D’avoir le record mondial c’est un très bon repère pour me dire ça c’est le top. Pour savoir moi ce que je peux faire, m’en rapprocher ou même le dépasser. J’ai quelques scores qui sont au-dessus des scores dans les Game Centers ; mais c’est juste un repère pour moi. Ce n’est pas forcément un objectif de les battre.

« Je ne sais plus qui m’avait dit : tu devrais aller au japon pour battre le record sur Shinobi. T’es fou ! Si je vais au japon c’est pour découvrir la culture ! »

Je passerais dans une salle pour faire deux ou trois crédits et puis voilà ça sera réglé. Je ne vais pas venir pour aller me battre et avoir mon nom dans un truc.

Dans la communauté des superplayers, les gens sont vraiment à la course au score et en compétition entre eux. Moi ça ne m’intéresse pas. Mais c’est parce que j’ai un passé, que j’ai déjà été dedans et dans le sport avec des efforts physiques ; donc maintenant je suis plus dans le fun de la performance. C’est un peu contradictoire mais c’est ça. Si je sens qu’il n’y a plus de fun j’arrête, je passe à un autre jeu.

Est-ce qu’il y a des jeux que tu fais juste pour le fun, sans challenge particulier?

C’est terrible mais je n’y arrive plus. Je sais que même Julien (Radigo) m’en parle. Il me dit : tu devrais essayer des jeux d’action, des jeux 3D, Portal, plein de super jeux avec un bon gameplay.

Même dans du rétro ? Un jeu que tu vas jouer une seule fois, comme ça, juste pour voir ?

Je vais l’essayer et il va tout de suite falloir que j’aille plus loin. Je suis tout de suite dans la frustration et dans l’incompréhension si je ne maîtrise pas. ‘Je suis mort… Pourquoi je suis mort ?’ Faut que je comprenne tout de suite le truc. C’est pour ça que c’est très dur en fait.

Parce qu’à la base dans l’Arcade il y a ce côté social, jouer à plusieurs sur une borne. Est-ce que ce n’est pas paradoxal cette façon de jouer, d’appréhender le jeu ; quelque chose qui te coupe des potes qui pourraient venir jouer avec toi ?

Tu as mis le doigt dessus et c’est exactement ça ! Quand tu es trop dedans, et en plus comme moi en province, je partage peu. A part avec des gens comme on fait maintenant, je me sens tout seul, et j’arrive plus à jouer juste pour le plaisir.

Tu dis que tu es là depuis des années, dans le hardcore gaming. Ça fait combien de temps que tu es dans la recherche de scoring ?

Ça c’est en 2001, depuis Radiant Silvergun. Ça fait maintenant plus de 10 ans.

Dans le sport, à un moment donné tu vieillis, tu cours moi vite. Dans le gaming ce sont les réflexes qui sont primordiaux. As-tu senti avec les années, sur un jeu où à l’époque tu y arrivais mieux ? Est-ce que l’âge joue dans le jeu vidéo ?

C’est possible, mais pour l’instant je ne le ressens pas. Je ne suis pas un vieillard ^^. On en a discuté avec Prometheus (détenteur du record occidental sur Dodonpachi) il y a un an, sur l’appréhension de la difficulté dans les jeux vidéos. Lui pense qu’il y a beaucoup de skill dans une performance ; en terme d’habileté. Et moi je suis plutôt contre. Je pense que tout est une question de timing, de coordinations. De connaissance et d’anticipation. A partir du moment où tu as tout dans la tête, pour moi ça n’est plus du skill.

« Lui appelle ça du skill quand il passe autour des boulettes dans Dodonpachi ; mais pour moi ce n’est pas du skill mais juste qu’il connaît son chemin à la perfection. »

Pour répondre à ta question, non,  je ne le ressens pas et je sais qu’avant j’aurais peut-être été un poil plus rapide sur mes vitesses de réaction. Je me dis qu’on peut la compenser par la connaissance parfaite du jeu. Si je fais référence à un shmup, pour moi c’est un chemin qui doit être fait à la perfection , et ça n’est plus du réflexe.

En t’écoutant parler j’ai l’impression que quelque part tu essayes de rentrer dans la tête du créateur du jeu. Je me pose la question, en étant simple joueur ordinaire, est-ce qu’il y a pas deux philosophies : soit le mec qui essaye de rentrer dans la tête du ‘game creator’, soit le mec qui essaye d’avoir du skill comme tu disais, d’avoir une super bonne technique et qui aborde le jeu différemment. Est-ce qu’il y a pas deux écoles ?

Oui c’est possible. Moi j’ai été dans l’autre école il y a longtemps. Il y a quinze ou vingt ans, quand je connaissais pas le jeu par cœur, c’était les réflexes qui faisaient que je m’en sortais ou que je ne m’en sortais pas. Ce n’était pas forcement la connaissance parfaite du jeu. Et je m’amusais plus à cette époque-là parce que quand on ne connaît pas à la perfection un jeu on s’amuse plus. On a des surprises !

Là j’ai joué à Galagga et je trouve ça génial ; parce que je me laisse surprendre. Je perds une vie et j’en rigole. Alors que dans un jeu que je suis censé connaître par cœur si je perds une vie je vais moins rigoler. A Ghouls’n Ghost si je perds deux ou trois vies ça ne va pas ! Alors que je connais le jeu, et même si je n’ai pas joué depuis un moment.

« Faire de la performance, mentalement c’est vachement dur. Il faut bien se rendre compte de ça. Ça demande d’être passionné, d’aimer le jeu presque autant que l’on peut aimer une personne. Il faut être super patient, et puis faut aimer ‘mourir’ je peux te l’assurer ! »

Après, de mon expérience en tant que joueur ou plutôt de sportif qui a eu un bon niveau (et surtout dans le tennis où le mental est très dur) ça me sert énormément dans le jeu vidéo. J’ai beaucoup bossé sur le mental, je travaille beaucoup sur la PNL (programmation neurolinguistique, préparation mentale). Savoir rester calme, lucide. Tout un tas de choses que j’ai découvert à travers le sport et que je retranscris dans le jeu vidéo.

Pardon, j’ai oublié la question initiale… ‘Par rapport aux deux écoles ?’ Oui, j’étais plus dans l’école du jeu pour s’amuser, et maintenant je suis plus dans la connaissance, la science du jeu.

As-tu une admiration particulière pour les mecs qui sont derrières ces jeux, qui ont pensé à tous les pièges qu’ils te tendent, etc. Est-ce que ce sont des choses que tu essayes d’approfondir ou tu prends juste le jeu tel quel ?

J’ai essayé, à travers des connaissances qui ont pas mal de relations qui ont vécu au japon et qui parlent un peu japonais. Mais je n’ai pas approfondie ; parce que je ne parle pas japonais, que je suis loin de la communauté, et que je ne suis jamais allé au japon, que je ne connais pas trop la culture.

Je suis allé voir un peu sur les réseaux sociaux, sur Wikipedia ou autres pour certains développeurs sur lesquels je voulais en savoir plus. Mais connaissant la culture assez fermée du japon, il faut plutôt les côtoyer de près, faut aller directement là-bas pour leur parler. Les développeurs sont restés dans l’ombre pendant très longtemps.

Et parfois ils ne comprennent même pas qu’on puisse s’intéresser à eux.

Oui. Je pense que maintenant on commence à ressortir les noms des gens qui ont participé à des jeux emblématiques comme Ghost’n Goblins par exemple, mais à l’époque ou les jeux sont sortis personne ne savait qui faisait quoi. C’était juste les studios, comme Capcom. Je pense qu’il a fallu un moment pour voir un staff, avec les noms des gens. Tiens, je ne sais pas quel est le premier jeu à avoir cette particularité d’ailleurs ! (Très bonne question ! Des réponses dans les commentaires ?)

Quand tu t’attaques à un jeu, est-ce que les différents niveaux de difficultés t’intéressent ? T’attaques-tu directement au niveau le plus dur ?

Tu veux dire les niveaux ‘very easy, easy, normal, hard’ ? Non, moi je joue toujours en mode par défaut. Comme mes points de repère pour le scoring sont les meilleurs scores au Japon, je pars sur cette base-là. J’ai essayé sur Shinobi pour voir le jeu sous un autre angle effectivement. Radiant Silvergun sur le XBLA aussi. Mais ça ne m’a pas tenté plus que ça, je préfère rester sur un pattern que je connais parfaitement. C’est toujours pour essayer d’optimiser ce qu’on connaît ; si tu changes de niveau de difficulté tu vas tout changer, et il faut tout réapprendre. Sur Gradius V c’est pareil, tu as quatre types de gestion des options. Si tu passes d’un type à l’autre, ce n’est plus le même jeu. Comme dans pleins de shmups, changer de vaisseau change complètement la donne, ça modifie le gameplay. Quand tu es tellement habitué à un système, à un chemin à faire, et qu’il faut tout changer ; c’est un autre jeu qu’il faut refaire et ce n’est pas facile. Je préfère passer carrément à un autre jeu plutôt que de le refaire dans un mode de difficulté différent.

Ben-Shinobi

Une dernière question : as-tu un jeu ‘Nemesis’, un jeu que tu aimerais bien jouer, décrypter, mais dont le feeling ne vient pas. Un jeu qui ne collerait pas avec ton caractère, à ta manière de l’aborder ?

Tu parles d’un jeu ou d‘un genre ? Le genre c’est le puzzle game. J’adorerais être très bon dans ce genre mais je n’y arrive pas. Parce qu’il faut associer réflexion, connaissance du jeu et réflexes. Comme dans Tetris ou d’autres, les pièces arrivent toujours de manière différente, il faut s’adapter tout le temps. Je pense que je ne serais jamais bon, mais j’aimerais beaucoup.

Dans tous les jeux auquel je joue, il y a une constante, c’est à peu près entre 90 et 95% de patterns scriptés et le reste qui est aléatoire. Et c’est justement sur ces patterns aléatoires que tu vas faire une bonne ou une mauvaise partie. C’est sur ces petits pourcentages là que je joue. Mais dans un puzzle game, je n’y arrive pas parce qu’il y a trop d’aléatoire. Pour être bon dans ces jeux, il faut d’abord passer par de l’amusement. Et comme moi je n’y arrive plus et qu’il faut que je maitrise tout le temps le truc, ça me gonfle.

Après, il  y a aussi peut être le genre manic/danmaku. J’aime le shmup en général, j’ai joué à des trucs un peu plus tordus, et je me dis que le manic ça serait bien de s’y mettre. Mais quand j’y joue je m’emmerde en fait. Je ne sais pas pourquoi, pourtant je devrais kiffer.

J’aime bien maitriser un jeu, je suis capable de rester cinq ou six heures tous les jours pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Je travaille beaucoup le mercredi et le samedi, sinon je bosse surtout le soir. Du coup dans la journée je suis tout seul chez moi.

Tu ne t’en lasses pas au bout d’un moment ?

Non ! Même si je connais le truc par cœur, je vais jouer cinq ou six heures, sur mes sept ou huit heures de temps libre. C’est l’intensité du mouvement qui va faire qu’après tu es complètement immergé.

Ben-02

Interview croisée de Ben Shinobi à l’occasion de son passage à Coin-op Legacy en avril 2014, réalisée par Olisan, Joël & Wahwah.

Laisser un commentaire