2012-08-Barcelone 01

NAMCO STATION DIAGONAL MAR (ESP)

NAMCO STATION DIAGONAL MAR

Barcelone, Espagne


2012-08-Barcelone 05


Voir le plan : Diagonal Mar Centro Comercial, Avinguda Diagonal, 3, 08019 Barcelona, Espagne

Type : Game Center

Date de visite : Août 2012

Tarif : 1€ le crédit

Ambiance : Belle surprise en vacances à Barcelone au hasard d’une balade, Namco Station au centre commercial Diagonal Mar. Toujours pas mal de dédiées mais aussi beaucoup de UFO catchers et un bowling au fond…

Nombre de Bornes : 30 environ

Listing : Daytona USA 2, Maximum Tune, Sega Rally 2, NUC Ghost Squad, NUC Virtua Tennis, NUC House of the Dead 3, Target Terror, Deadstorm Pirates, Time Crisis 3, Time Crisis 4, Silentscope EX, DDR, Ufo Catchers…

Contact : http://www.ilusionadiagonalmar.com/

Vu par : Olisan


 

Autobahn Oct2008 LQ - 01

AUTOBAHN (JAP)

AUTOBAHN

Osaka, Japon


Autobahn Oct2008 LQ - 02


Voir le plan : 3 Chome-5-15 Kowakae, Higashiōsaka-shi, Ōsaka-fu, Japon

Type : Game Center

Date de visite : Octobre 2008

Tarif : 10 à 50 Yens le crédit sur les bornes « oldschool », 100 à 200 Yens sur les dédiées récentes

Ambiance : Une salle légendaire, ouverte en 1977 et malheureusement fermée en 2010.

Nombre de Bornes : 50 environ

Listing : Jaleco Pony Mark III, SEGA Astro City, SNK Super Neo 29, SNK MVS U2, Cocktails…

Contact : http://autobahn.blog.ocn.ne.jp/autobahn/

Vu par : Paul Teisson


 

Local_Part1

COIN-OP HEADQUARTER

Coin-op Legacy est né bien avant son enregistrement officiel au registre des associations le 8 mars 2014. L’association a été imaginée début 2013, et l’opportunité du local a vu le jour quelques mois plus tard, il y a un peu moins d’un an.

Durant la période octobre 2013 à février 2014, nous prenions connaissance de très près avec le local qui deviendrait quelques mois plus tard le lieu des rassemblement endiablés que vous connaissez.

2013-10-11_2013-10-11 IMG_3691

Ca c’est du avant / après de compèt’ ou alors j’y connais rien !

2014-04-29_IMG_7942

La décision prise, il était trop tard pour faire machine arrière, nous rentrions de plein pieds dans la spirale infernale Coin-op Legacy !

Nettoyage, peinture, montage de mur (…), électricité, sécurité, aménagement (3D à l’appui svp), décorations, déménagements, roadtrips, réparations, etc. ; on ne compte pas le nombre de week-ends réservés (‘T’en es où avec ton WAF toi?’), d’outils jusqu’alors inconnus achetés (‘Je crois que tu le tiens à l’envers non ?’), les litres de peinture blanche (‘Mais… On avait mis une première couche déjà hier non ???’), de sueur et de sang versés (si si), le nombre de ‘1, 2, 3!’ et de marches montées (‘Attends! On y va à 3 ou bien…’), les mains pleines de… bornes (‘La lumière bordel !!’), toujours plus lourdes à mesure que la journée avance (‘Put*** c’est la dernière celle là, les autres on les laisse en bas !!’).

2013-10-28_2013-10-28_IMG_7410Se faire §£@#$! à enlever des tags pour découvrir qu’un autre mec repasse en refaire derrière notre dos !!… Tant pis celui là on le laisse !

Heureusement les potes sont toujours au rendez-vous pour aider quand ça devient surhumain (‘Mais siii. A six on la monte, faciiiile. Tiens, t’as une prise par là, sous le logo VR.’), et la vision de nos architectes en chef / DJs lighting ex-grafeur aboutit enfin, après cinq longs mois d’efforts.
L’émotion quand nous vous avons acceuillis pour l’ouverture le 8 mars ? Boah…

Ci dessous, quelques souvenirs de cette période retrouvés sur nos téléphones et appareils photos (nous ferons certainement un autre article spécial ‘Roadtrips’). Rien que de voir ces images ça nous fatigue, on vous laisse !

Merci à toutes & à tous pour votre soutien, et à bientôt pour de nouvelles aventures !!

 

PGW_2014_COL

PARIS GAMES WEEK 2014

Après la Japan Expo en juin dernier, Coin-op Legacy renouvelle sa présence sur un évènement majeur de la scène gaming française, cette fois-ci pour la cinquième édition de la PARIS GAMES WEEK.

PARISGAMESWEEK 2014
A nouveau en partenariat avec l’association MO5.COM qui présentera de son coté ‘une exposition jouable éclectique, allant de l’Atari VCS 2600 à la DS en passant par la NES, la Mega Drive et la Xbox’, Coin-op Legacy se chargera de la partie Arcade avec quatre oeuvres vidéoludiques cultes et très variées en terme de gameplay.

En passant par le stand rétro gaming officiel de cette nouvelle édition de la PGW, vous pourrez ainsi découvrir ou redécouvrir PAC-MAN et METAL SLUG sur bornes génériques japonaises, ainsi que ASSAULT et ROAD RUNNER sur leurs supports dédiés originaux.

PGW2014_Games

La Paris Games Week se tient sur 5 jours, du mercredi 29 octobre au dimanche 2 novembre. N’hésitez pas à passer nous rendre visite ! :-)

Legacy_02b

LEGACY #02 : BILAN

C’est à guichets fermés que nous avons réouvert notre Arcade, après deux mois de pause estivale.

Nuit blanche parisienne oblige, les portes de Coin-op sont restées exceptionnellement ouvertes jusque 5H du matin pour les plus vaillants !

2014-10-04_IMG_0213

Un énorme MERCI à tous les participants de cette LEGACY #02 : Mr Riddler de The Arcade Company, Rémi de NeoLegend, Messieurs les Président & Vice-Président de l’association MO5, Josselin d’Otaku Store et notre Yannick national sans qui certaines machines seraient ‘Out of Order’, les membres des communautés Gamoover & fidèles de Shmup.com, Sébastien Léger -SL- qui nous a fait l’honneur d’un magnifique run improvisé sur SDOJ, Diaman notre graffeur officiel, tous nos amis Arcadiens proches et fidèles au poste, les habitués des rassemblements Coin-op’, et bien entendu tous les nouveaux qui ont foulé pour la première fois le sol de notre Arcade !

C’est un grand honneur de réussir à vous rassembler tous sous le même toit, pour partager, échanger et s’éclater ensemble autour de la même passion qu’est l’Arcade !

Diaman devant ses oeuvres.2014-10-04_IMG_0111

BOSYACE

Un big MERCI tout particulier au duo de choc BOS & YACE pour leurs ‘prestations’ survoltées tout au long de la soirée !!
Runs de folie de BOS sur Dragon Blaze et Ketsui (!!!) et commentaires survoltés mais néanmoins ultra clairs de YACE, c’était juste extraordinaire, vous avez assurés les gars !

The Bos & Yace Video Game Show

2014-10-04_IMG_0179

MERCI également à notre Dj pour l’évènement, Mister Dj LA CARROTTE, qui nous a mis le feu en fin de soirée !

2014-10-05_IMG_0396

Concours Super Sprint

Super-Sprint-Fllyer-2Avec tous ces runs d’anthologie on en oublierait presque qu’il y avait un concours !! Félicitations à tous les participants qui se sont risqués au frénétique Super Sprint, et un grand Bravo aux gagnants !
Ces trois là ont réussi mieux que les autres à faire abstraction des commentaires complètement barrés de Zamoth pour passer la ligne d’arrivée les premiers.

Première place : Fab aka Mr Grospouce
Seconde place : Franck aka Atarimania
Troisième place : Anthony aka Mr Pinball

MERCI à notre partenaire Pix’n Love pour les magnifiques ouvrages mis à disposition des gagnants !

Legacy_02c

2014-10-05_IMG_0379


Quelques photos de cette soirée épique !

En attendant une petite vidéo générale de la soirée, voici une vidéo filmé par -SL- lors du run apocalyptique de BOS sur Ketsui, qui débloque l’Ura loop en live à 3H du mat’…
Commentaires techniques par Yami, qui connait le jeu littéralement par coeur…

Et pour le fun, quelques retours parmi tant d’autres sur le déroulement du rassemblement. Des commentaires hyper sympas et complètement craqués comme dirait l’autre, qui nous touchent grave… Merci les mecs !!!

Yann aka MOONZ de Shmup.com

« J’ai également passé une soirée extraordinaire. Malgré quelques aléas, l’équipe de CoinOp a clairement donné son maximum pour notre plus grand plaisir, et c’était réussi.
Failli arriver à la bourre, à manger un sandwich avec une partie de la bande des shmuppers sur la route (avec un vent à faire envoler la viande selon S-L). Mais une fois sur place, accueilli avec de la retrowave, les bornes et les passionnés, c’était magique.
Merci à Mickey et Lerebours pour pour les bières, entre autres, partagées dans les moments où l’on avait besoin de faire une pause, Yace pour ses discussions… pour le moins uniques (j’en ris encore en écrivant ces lignes), BOS pour sa performance de fou au milieu de la nuit qualifiable d’oeuvre d’art, ainsi que son évidente gentillesse, le plaisir de rencontrer ou retrouver les autres membres de cette communauté, pfiou, qu’est-ce que c’était bon !
Et évidemment, encore un gros merci à l’équipe de CoinOp, sans qui cette soirée n’aurait tout simplement pas été !
Vivement la prochaine, en espérant qu’elle soit à la hauteur de celle-ci ! »

José aka SHADOW GALLERY de Shmup.com

« Mine de rien je commence à avoir pas mal de sorties et soirées shmuppesques au compteur (sans doute infimes par rapport à d’autres, les vieux routards de l’arcade, les vrais baroudeurs du jeu vidéo :) mais celle-ci a quelque chose de spécial et je vais citer direct Mickey car il résume parfaitement ma pensée :
« Je ne sais pas comment le dire mieux, mais avoir tous ces membres du forum rassemblés au même endroit, au même moment, c’en était presque émouvant…
Un grand merci à tous d’être venus en masse et d’aussi loin pour certains, et comme toujours merci à la team Coin-Op pour son accueil et pour tout ce qu’ils sont et font ! »
J’ajoute que j’ai été super sensible au fait que certains viennent de loin pour notre passion commune, truc de ouf 0_o
J’ai passé un samedi/dimanche extraordinaire et même si la fatigue et un vilain rhume m’a un tantinet pourri quelques moments je suis super content d’avoir vécu tout ça.
-S.L-, Mako, Doudinou, BOS, Yace, Anzymus, Humar dans une même soirée arcadienne où finalement le shmup a eu une place de premier choix !
C’est simple, en voyant la partie de BOS, totalement démente (faut un instant bien réaliser ce que c’est passer les 5 stages de Ketsui sans perdre ni bomber) j’avais l’impression de voir la partie de SPS.
Les commentaires de Yami, Palgork, Yace et Ebola SGN étaient tip top.
Yami est capable de donner le nom de chaque ennemi de Ketsui !
Mes anecdotes persos, mes rires, coups de coeurs :
-S.L- a fait une très belle partie sur son Saidaioujou ! Il l’a terminé sans activer Muteki ni Hyper à volonté !!!! ;)
-Tonton Yace m’a récité les répliques du sergent Hartman d’une seule traite et sans temps mort dans un métro parisien bondé :))
– Marble Madness sur son support original ça le fait!
– La partie surhumaine de BOS sur Ketsui :doh!:
– Les répliques cultes de DJ Zamoth !!! Cet homme est CRAQUé !!!!
N’est-ce pas Mickey ? :)
Et bien sur tous les shmuppeurs qui sont venus et ceux qui ont accueilli si généreusement tout ce beau monde.
Ce que je ressens et qui m’importe beaucoup est qu’à l’extérieur avec vous ou ici derrière l’écran je me sens comme un poisson dans l’eau. Toute cette émulation sur notre passion avec qui plus est des pointures est vraiment une chance.
Un BIG merci à la Team Coin-Op Legacy et au Club Des Sacs :)« 


Greg aka Mr RIDDLER de Gamoover

« Très très bon !!!!  Azn
Que dire à part que j’ai passé une soirée terrible à discuter rétrogaming, restoration, roadtrips avec de véritables passionnés comme tous ici !
« L’arcade sous toutes ses formes » est tout à fait dans l’esprit de Coin-Op Legacy : de la générique, de la dédiée, de la borne US, de la borne Jap… ici on est pas sectaire, et on ne prône pas un style. On aime le plastique tout comme le bois vermoulu, et chaque borne fait l’objet d’un soin tout particulier pour être dans un état proche de l’origine.
Les cutes, les naomis se melangent avec de l’Atari System 1, des racing cabs ou de la dédiée classique : Atari System 1 Marble madness, Tempest, Spy Hunter, Crystal castle, Naomis, Cutes, Egrets, Atomis, T2, Dragon’s lair II Time Wrap, OutRun cabaret, Space harrier, Ponys, New Astros… il y en a pour tout le monde !
On sait ici plus qu’ailleur que l’arcade est un style de vie, et que préparer une session arcade demande des heures et des heures d’investissement personnel, de recherche de matos, pour finalement allumer fébrilement une borne en croisant les doigts et se dire que c’est juste magique. La passion est la, elle est même débordante ! C’est vrai, les gamooveriens qui ont fait le déplacement se sont certainement sentis chez eux.
Le lieu ? C’est trés convivial, c’est fourni, c’est underground ce qu’il faut, et tout ceci contribue à une ambiance du tonnerre : Sets Dj avec un bon gros son, éclairage trés sympa, déco comme on aime, consos et bentos, multiprises qui chauffent, tableau de Hi-scores…et tout ca avec la bonne odeur de borne oldskool quand tu rentres, et une 60aine-75 joueurs qui étaient la pour se frictionner et jouer des coudes sur les bornes, échanger de la PCB en douce sous le manteau,  et surtout partager leur passion ! C’était bon putain diantre !
Il y avait bien sur un tournoi, cette fois sur Atari SuperSprint. Manque de bol je suis tombé sur Atarimania qui m’a humilié au premier tour  Sad
Bon, ok j’ai une excuse : le retour de force sur mon volant ne marchait pas  
Je n’ai pas suivi les résultats car je faisait du coup un hi-score sur Defender  Cool mais j’ai vu revenir Atarimani en sanglots  Cheesy))))
Et bien sûr de belles rencontres avec les membres presents et le staff (Yannick, tonton Hibou, …) ou nous aurions pu discuter des heures, (ce que nous avons fait finalement); l’occasion de se revoir trés prochainement.
Ce qui est sûr, c’est que Coin-Op Legacy s’inscrit parfaitement dans l’esprit de Gamoover, que se soit dans la sauvegarde du partimoine vidéo-ludique, de la passion ou du partage. Et dans cette idée, le staff et moi même souhaitons que Coin-op Legacy perdure et ai les moyens de leur passion : Nous avons parlé entre-aide pour l’asso, coups de pouce, mais aussi meeting annuel Gamoover… tout cela n’attends qu’à avancer et toutes vos idées seront les bienvenues.
Voila, moi d’ici la je vais m’entrainer sur Supersprint  
Merci à tous, vous m’avez fait rêver  Azn« 

Et le meilleur pour la fin, Manu aka SEPTAH du site jaicraquémonslip.com

« Voici mon compte rendu et une nouvelle fois, j’ai des choses à dire :
J’arrive cahin caha à la salle, d’un pas léger, le cœur joyeux, des punchline déjà prête, mais, surprise, j’entends comme toute première phrase du comité d’accueil :
– Tu t’es inscrit ? T’es pas sur la liste !
– Hein, quoi ? Je t’ai envoyé un MP sur francetuningarcade pour confirmer ma présence.
– Désolé gros, t’es pas sur la liste.
– Tu préfères que je débarque avec mon crew de Chatou ? On est des chauds de la castagne.
– Je ne veux pas d’histoire, vas y entre.
Refroidi par un tel accueil, je me prends vite un choc thermique avec les 74.3 degrés qui règne dans la salle. Je vérifie le flyer et il était pourtant bien précisé : Coin-op legacy, un nouveau concept : Arcade / hammam : Venez jouer tout en perdant vos kilo superflus. Par chance, ayant CC à de nombreuse reprise le caravan touareg black label, je me faufile – non sans mal – dans l’enfer du jeu et du déo.
Enervé et chaud bouillant, je n’ai qu’une idée en tète, défoncer des gars random sur street fighter pour retrouver l’ataraxie. J’attends mon tour, je demande au gars quel perso il me conseille et comment fait on pour sortir une boule de feu avec le mec au kimono blanc. Apres beat by 10 et toujours pas calmé, je regarde sur quels jeux je peux passer mes nerfs. J’ai le choix entre du versus sur last blade 2 pour gay, un mushihime tama pour pucelle de 30 ans et un jeu avec un frisbee, un clébard sur un terrain de bowling. J’ai rien compris, mais après un nouveau beat by 10, je suis maintenant calmé.
Zen et détendu, je regarde le line up des shoots et vous êtes fidele à votre nido de l’arcade caviar et balla avec une tres belle sélection : DDP SDOJ, Dragon blaze , Batrider, Mazinger Z. J’attends derrière Bat pour Ketsui, le bougre, il remet un petit crédit des le stage 2 et tout ca pour ne pas voir la fin du stage 3. C’est sur quand on joue chez-soi avec des save state, c’est plus simple de fanfaronner sur tous les forums d’arriver jusqu’au stage 5.
Bref, petite partie qui débute très bien, une ou deux bombes lâchées au stage 4, et j’entame pour la première fois le stage 5 dans les meilleures conditions possible (Personnal best et season best). Je commence à imaginer secrètement à mon tout premier CC sur ce jeu (et à la gloire numérique pour l’année à venir) et évidemment, ca me rends nerveux et je perds bêtement une vie. J’essaie de me reconcentrer, je repense à mes beat by à street figher sans kick harness, à un faisan, à une cascade d’eau, à un faisan sous une cascade d’eau et la sérénité revient. La deuxième partie du stage 5 se passe plutôt bien, je ne laisse pas trop de plume et d’hélice dans la bataille et pour la première fois j’arrive au dernier boss avec deux vies, deux bombes, j’y crois, je vais le ni……………
……
……
Black out dans la salle. Ma meilleure partie ever ruiné par un gars qui a fait sauter les plombs en voulant charger son iphone. Mec, je ne sais pas qui tu es, mais sache, que je vais te retrouver et te stalker jusqu’a la fin de ta vie. J’en fais une affaire personnelle…
En une heure, coin op sera plongée régulièrement dans le noir. Les orga commencent à éteindre une borne, puis rapidement suivi par deux, par cinq, puis dix. Cool, la soirée arcade de tous les superlatifs pour finalement jouer avec 80 personnes sur un supergun et une télé 36 cm. Si t’as pas les skills vision d’aigle et cou panoramique de hibou, tu pouvais rentrer chez toi.
Pendant ce temps la, je vois BOS sur un superplay d’Angry bird et YACE qui explique de façon véhémente le scoring de Dimahoo à un enfant de 8 ans. Pendant ce temps la, je cherche qui à un iphone dans la salle, j’ai déjà 57 suspects.  En bon chevalier de bronze qui ne tombe pas deux fois dans la même attaque, j’ai apporté un paquet de pistache perso. Quand je pense au nombre de gars qui m’ont demandé « Ah cool, y a des pistaches ? » en leur répondant « Oui, il y a un grand saladier au bar, des normal, des poivre et sel, des assaisonnés au piment d’Espelette, elles sont en plus déjà décortiquées, t’as vu, ils savent recevoir chez coin-op », c’’etait priceless de voir leur mini convulsion arrivé au buffet ou ne restait que deux chipster dont une à moitié croqué. Par contre, désolé, si vous avez retrouvé des coquilles dans vos monnayeurs. Pressé, une enquête à mener, des alibis à vérifier. #Columbo
Sinon, que dire de plus ? Il était sympa votre tournoi sur super sprint, dommage que vous avez tout fait pour favoriser vos potes : Pas de tirage aléatoire sur les poules, pas de chifoumi pour le choix de voiture (Je voulais la bleue, on m’a donné la jaune pour les cassos), format tougeki en une manche gagnante qui ne laisse pas le temps d’installer son mind game et tout ca, commenté par la légendaire gouaille de Zamoth, notre guy lux de la PCB, le who’s who de l’arcade dans le monde, qui arrive à placer dans la même phrase les mots « Rôtir, boobs et superfétatoire », chapeau.
Un dernier mot sur les superplay : Je m’attendais à voir les runs des tauliers du shmup français : Olisan sur deathsmiles, Raisonnable sur Akai katana, et au final on a eu des petites frappes qui all miss all bomb sur DDP SDOJ, qui sont obliges de credit feed pour voir Doom, qui s’arrête à 2-3 sur dragon blaze. Hey ho les gars, c’est un superplay, vous n’êtes pas à la kermesse de l’école. Tu leur donnes de l’or en barre, tu récupères une merguez.
Donc, voila, il était 4 heures quand je suis parti de coin op. Je devais vite me reposer, j’avais manif pour tous quelques heures après.
PS1 : Draco, je t’ai vu attendre l’ascenseur toute la soirée, tu l’as finalement eu ?
PS2 : Coin op c’est devenu les petites annonces de l’arcade. Entendu : « DDP jap à 550 euro ? Bonne affaire, prends le », « Un pote m’a dit que l’asso est financé par l’organisation de bunga bunga chaque vendredi soir, ca ne m’étonne même pas », « C’est donc toi qui a emprunté un windjammers à une session privée ?! », « T’as pas une barrette ? »
PS3 : J’ai oublié mon Daimakaimura original JAP. Je le récupère à l’occase.
PS4 : C’était cool. Encore merci. »

141011_CNJ1

RETROGAMING CNJ : BILAN

Samedi c’était la reprise également au CNJ. Nouvelle session Retro Gaming avec cette fois-ci la mise à disposition de quatre machines.

C’est toujours un plaisir de venir dans cet endroit vraiment très convivial et bien équipé. Ascenseur, prises électriques tous les mètres, éclairage variable, open space énorme configurable à souhait, etc. Ca nous change de notre QG ! ^^

2014-10-11_IMG_0146

Le CNJ a reçu pour ce long après-midi une cinquantaine de gamers de tous âges. Nous avons également eu le plaisir d’accueillir quelques têtes connues à Coin-op, merci à eux d’être passés nous voir spécialement pour l’occasion !

Pac-Man, Puzzle Bobble, Metal Slug, Windjammers, Donkey Kong, Breakers Revenge, Burgertime, Sunset Riders,  etc. : les titres se sont enchainés pour le plus grand plaisir des enfants qui ont été une nouvelle fois très réceptifs aux bornes d’Arcade.
Coté consoles, Bomberman a de nouveau fait l’unanimité, les fous rire s’enchainant toute l’après-midi.

Merci encore à Antoine & son équipe pour leur accueil et engouement !

Place à quelques photos souvenirs :

Le coin des consoles

Le coin Arcade

A bientôt ! Rendez vous au CNJ début 2015 pour une nouvelle session pleine de surprises !

2014-10-11_IMG_0188

Marrant : un passant nous a demandé ‘C’est pour la poubelle tout ça ?’
Bien tenté ! ^^

Ben-01

BEN SHINOBI (FRA)

Nous avons eu l’immense plaisir d’accueillir le très sympathique Ben Shinobi à notre Arcade. Nous avons sauté sur l’occasion pour lui poser quelques questions et ainsi pouvoir partager avec vous sa vision et son histoire avec les jeux vidéos.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Ben Shinobi est un superplayer français. Un joueur de haut niveau qui a réalisé de nombreux exploits sur des jeux mythiques. Il a notamment participé à quelques grands moments de l’émission Superplay sur Nolife.

Plus d’infos sur son Twitter ou sur son site web.
Visionner les émissions Superplays sur NoLife.

Ben-Superplay

Salut Ben, bienvenue chez Coin-op Legacy, et merci de nous consacrer une partie de ton précieux temps ! Commençons par le commencement : quel a été ton premier souvenir de jeu d’arcade ?

J’ai l’impression d’être à l’émission ‘Mon souvenir’ sur Nolife ^^. Alors, c’est Donkey Kong Jr, en 1982. J’étais en vacances aux Canaries ou un truc comme ça. Dans un hôtel, il y avait une salle d’Arcade. C’était l’époque où on y trouvait encore le premier Donkey Kong, Miss Pacman, Galaga, etc. Et j’ai kiffé sur Donkey Kong Jr avec le petit singe.

« J’étais gamin, j’avais sept ou huit ans, et je me souviens d’être rentré chez mes parents et d’avoir redessiné les screenshots des quatre tableaux. »

Il m’avait incroyablement impressionné ce jeu. Je ne sais pas pourquoi, il y avait d’autres jeux assez beaux à voir mais c’est Donkey Kong Jr en 1982 donc !

Ben-DKJR

Par la suite, tu jouais plutôt dans une salle d’arcade à côté de chez toi, dans un bar, ou seulement pendant les vacances ?

En province, il n’y avait pas grand-chose. Mais j’avais des parents qui étaient super ouverts ; ils me donnaient l’équivalent d’un café, à peine 2 crédits. Mais je passais plus mon temps à regarder en fait. Je n’avais pas forcément beaucoup envie de jouer. A l’époque (de 1983 à 1985) il n’y avait pas trop de ‘Continue’ sur les jeux, c’est plutôt après que c’est arrivé. Donc tu faisais ta partie, puis t’étais ‘Game Over’. Tu n’avais pas forcément envie de rejouer. Mais oui, je jouais beaucoup dans les cafés. Déjà à sept ou huit ans.

Avais-tu un jeu fétiche à cette époque ?

Les jeux fétiches c’est plutôt arrivé vers fin ’80, lorsque j’avais plutôt douze ou treize ans et que je commençais à être un peu meilleur joueur. Donkey Kong j’y jouais comme ça.

Les jeux fétiches c’était Shinobi, Cabal, Ghouls’n Ghosts, Ghost’n Ghoblins, etc. Tous les jeux entre ’86, ’87 et ’88, tous les gros hits du moment. Mais vraiment cette période-là! Après j’ai un peu décroché, un peu lâché les jeux vidéos. Et avant j’étais trop petit pour m’attacher à un jeu en particulier.

Tu es toujours resté dans l’arcade et le jeu vidéo ou tu as fait des pauses dans ta vie de ‘gamer’ ?

Dans les années ’80 c’était beaucoup l’arcade. Il y avait aussi ma mère qui s’intéressait beaucoup à l’informatique et qui a acheté un Commodore 64 pour faire de la programmation. C’était une super bécane ! Et progressivement on s’est aperçu que les jeux étaient extraordinaires et je m’y suis mis doucement. Je jouais un peu en Arcade, dans les cafés ; et je rentrais chez moi jouer aux conversions des jeux d’Arcade sur Commodore 64. Commando, Ghost’n Goblins, Bubble Bobble, tous ces jeux-là. Et puis du coup c’était tellement pourri que le soir je repartais mettre une pièce, un crédit. Bon les jeux étaient beaux malgré tout parce que les portages étaient beaux ; mais je faisais vachement la différence avec l’Arcade. Je me disais : en Arcade les couleurs c’est quand même autre chose ! C’était un vrai souvenir cette opposition micro et Arcade.

La jouabilité sur les adaptations était différente ?

Oui, c’était rigide ! En fait, cela dépendait quand même ; sur Commodore 64 il y avait vraiment de gros programmeurs qui adaptaient très bien les jeux. Je me souviens de Bubble Bobble et Rainbow Islands. Graphiquement c’était à des années-lumière mais le gameplay était bien retranscrit, la jouabilité était pas forcément plus rigide que celle des versions Arcade. Depuis une dizaine d’années que ma passion est revenu j’ai recomparé. Depuis que je joue en émulation, j’ai repris aussi l’émulation sur C64, sur Amstrad, sur Atari ST et je me suis dit : Waouh, il n’y a pas tant que ça d’écarts en terme de gameplay. C’était surtout graphiquement que se faisait l’opposition…

« C’est pour ça que tu allais remettre ta pièce dans la borne ! Pour les décors plus beaux, pour les graphismes plus fins, les sprites plus jolis. »

A l’époque je n’analysais pas le gameplay, je jouais juste pour le fun. Je ne terminais pas grand-chose, je n’étais pas du tout dans la compétition. Ça me passionnait mais je n’avais pas envie de ‘one-créditer’ le jeu ou de faire du score.

Je suis parti dans la compétition plus tard. Parce que j’ai fait beaucoup de tennis, que je suis éducateur de tennis aujourd’hui, et que je suis arrivé dans ce sport à un niveau semi-pro. J’ai fait énormément de compétitions, beaucoup d’entrainement, tous les jours. Et puis à un moment je me suis blessé, et depuis une bonne quinzaine d’années je ne fais plus du tout de compétition. Donc cet aspect un peu perfectionniste et compétitif que j’avais dans le tennis, je l’ai un peu remis dans mon autre passion qui était les jeux vidéos.

Je me suis dit : tiens, les jeux vidéos, je vais y rejouer. Et puis bon, les jeux Playstation, les jeux en 3D à la fin des années ’90 ça me gavait. Je n’ai pas aimé, donc je me suis dit que j’allais repartir dans les vieux jeux et les vieilles consoles. Je me suis racheté les Super Nintendo et Megadrive huit à dix ans après qu’elles soient sorties. Et là j’ai commencé à me dire que ces jeux là j’allais y rejouer mais avec un autre feeling. Bien faire les choses, bien faire le jeu, comme il avait été pensé et conçu.

C’était un challenge personnel que tu t’étais fixé ou c’était pour te mesurer aux autres ?

C’était par rapport à moi ! D’ailleurs je rencontre souvent des gens qui me demandent combien de records mondiaux je détiens. Je ne sais même pas répondre… Je n’ai jamais cherché à officialiser un score.

« Il y a beaucoup de gens qui m’ont dit d’aller sur Twin Galaxies pour officialiser mes scores. Ça ne m’intéresse pas. »

Déjà je joue pas mal avec un autofire, et j’utilise beaucoup de trucs comme ça qui sont considérés comme de la triche. Je joue avec mes propres règles. Je me fixe un objectif de départ que je dois atteindre ; et une fois atteint, je me demande si cela me suffit ou si je peux encore placer la barre au-dessus. C’est de la performance pour moi-même, c’est plus du dépassement de soi qu’autre chose.

Je me dis que ça je l’ai déjà fait dans le tennis, j’ai donné et d’ailleurs ça m’a achevé puisque je me suis blessé. Je suis allé au bout de moi-même. Je me dis maintenant c’est terminé, la compétition c’est par rapport à moi-même, et quand je sens que je ne m’amuse plus j’arrête. C’est ça qui me plait avec la machine c’est que tu stoppes quand tu veux.

Ben-Rainbow

Comment choisis-tu tes jeux ? Est-ce les jeux phares que tu aimais quand tu étais jeune et que tu veux redécouvrir pleinement ?

C’est compliqué… Il y a forcément l’effet nostalgie. Après, il y a un point commun à tous les jeux auxquels je joue, et qui n’a rien à voir avec la performance : la musique.

Je suis très mélomane et le son d’un jeu c’est très important. C’est comme le montage dans un film, entre le son et l’image. Si c’est bien fait tu accroches, et si ce n’est pas bien fait tu décroches et ta concentration n’est plus dans le film, tu penses à autre chose. Dans un jeu c’est pareil.

« C’est plus le montage sonore qui fait que tu es toujours dans le jeu, toujours en concentration, que tu restes dans ta performance. »

Dans Radiant Silvergun ou Ikaruga, la mise en scène au niveau musical, qui coïncide parfaitement avec l’action, est tellement parfait que même après trois milles heures de jeu, je continue à adorer la musique. A bout de trois milles heures, imagines à quel point les musiques je les connais par cœur ! Et non, je continue à adorer ça et à être en parallèle avec la concentration et la performance. La musique et la nostalgie sont des moteurs !

Après, j’ai aussi des genres de prédilections, comme le jeu d’action/ plateforme 2D et le shmup. J’aimerais faire autre chose parfois, j’aimerais réaliser des performances sur des jeux de voitures comme Out Run par exemple. C’est un jeu qui m’a laissé beaucoup de souvenirs quand j’étais gamin. Et je ne l’ai jamais refait. Parce qu’en émulation il faut un volant, il faut de vraies bonnes conditions.

Il y a aussi le Puzzle Game que je trouve génial. Mais c’est pareil, je ne me suis jamais trop impliqué là-dedans et ça prend du temps. Je me rends compte que je maitrise déjà beaucoup de jeux. Et quand tu as un boulot à coté, que tu as une vie de famille… qui ne comprennent pas forcement ce que tu fais (dans le sens essayer d’avoir un gros score juste pour soi-même), ce n’est pas facile. Vous êtes tous en équipe ici, on sent qu’il y a une cohésion quand je viens à Paris, une vraie communauté. Moi je suis tout seul. J’ai un ou deux potes qui habitent un peu loin qui aiment bien l’Arcade, mais on ne se voit pas forcement très souvent et on ne partage pas le même goût de la performance, donc quand je viens ici je suis dans un autre univers.

Là je viens pour une raison particulière, c’est que l’émission Superplay à Nolife est un peu dans le rouge. Je me suis toujours proposé ; et là encore j’ai senti qu’il y avait besoin.

Ah… que se passe t il ?

L’émission pourrait disparaître. Il n’y a pas assez de joueurs qui sont prêt à y aller, notamment venir sur Paris pour le run. Après, il faut expliquer correctement le jeu et le gameplay. Même pour moi qui suis enseignant et qui suis pédagogue de métier, ce n’est pas facile. Et je me suis retrouvé plusieurs fois sur des jeux ou je ne savais pas trop quoi dire.

C’est un superplay live. Alex (Pilot) me dit de jouer en live, et ensuite on monte. C’est la base de l’émission, et je la trouve plus intéressante comme ça. Tu joues en live et après tu la commentes. Même si quand je fais un truc en live, je sais que je ne vais pas faire un truc parfait et je suis parfois dans la frustration. Mais il faut aussi pouvoir parler d’un truc qui est lié au jeu mais qui n’apparait pas forcement à l’écran, et jouer en même temps…

J’aime bien cette émission parce qu’elle est vachement pédagogique. Je n’aime pas le principe de faire une démonstration pour le principe de faire une démonstration, pour dire : voilà mon skill. C’est pour ça que je ne participe pas du Stunfest. J’irais un jour pour voir l’ambiance mais je ne suis pas dans la démonstration. J’essaye de faire comprendre à ceux qui gèrent la communication que ce n’est pas mon délire de venir faire une partie juste pour dire je sais jouer au jeu. Ça ne m’intéresse pas. Par contre dans l’émission Superplay c’est bien parce qu’on explique la mécanique du jeu. Si je ne peux pas expliquer en même temps ce que je fais, c’est par déformation professionnelle, je n’ai pas envie.

« J’ai envie de faire partager la connaissance, pas de partager la performance. »

C’est plus un guide, ce qu’il faut faire, ce que les développeurs ont voulu faire en mettant ce gameplay, ce système de score, etc. Je discutais sur Raiden Fighters, et il y a plein de trucs inconnus sur ce jeu, comme toute la subtilité du système de scoring. Il y a des trucs qui sont super tordus, super profonds ; des trucs intuitifs et d’autres moins. Et tout le monde se dit : bon, Raiden c’est Raiden… Alors que non justement. C’est ça qui m’intéresse.

Ben-RaidenFighters

Est-ce que tu as l’impression qu’il y a un ‘cercle’ de superplayers ? 

Je ne peux pas juger puisque je ne les côtoie pas suffisamment. De mon point de vue, tous les superplayers que je connais, que ce soit ici ou au Japon, sont dans la course au score et à la performance (vis-à-vis du ranking justement). Le but c’est d’être premier dans les Game Centers!

Eux sont tous dans cette course là ; et moi je n’y suis pas du tout. A la limite c’est un repère. D’avoir le record mondial c’est un très bon repère pour me dire ça c’est le top. Pour savoir moi ce que je peux faire, m’en rapprocher ou même le dépasser. J’ai quelques scores qui sont au-dessus des scores dans les Game Centers ; mais c’est juste un repère pour moi. Ce n’est pas forcément un objectif de les battre.

« Je ne sais plus qui m’avait dit : tu devrais aller au japon pour battre le record sur Shinobi. T’es fou ! Si je vais au japon c’est pour découvrir la culture ! »

Je passerais dans une salle pour faire deux ou trois crédits et puis voilà ça sera réglé. Je ne vais pas venir pour aller me battre et avoir mon nom dans un truc.

Dans la communauté des superplayers, les gens sont vraiment à la course au score et en compétition entre eux. Moi ça ne m’intéresse pas. Mais c’est parce que j’ai un passé, que j’ai déjà été dedans et dans le sport avec des efforts physiques ; donc maintenant je suis plus dans le fun de la performance. C’est un peu contradictoire mais c’est ça. Si je sens qu’il n’y a plus de fun j’arrête, je passe à un autre jeu.

Est-ce qu’il y a des jeux que tu fais juste pour le fun, sans challenge particulier?

C’est terrible mais je n’y arrive plus. Je sais que même Julien (Radigo) m’en parle. Il me dit : tu devrais essayer des jeux d’action, des jeux 3D, Portal, plein de super jeux avec un bon gameplay.

Même dans du rétro ? Un jeu que tu vas jouer une seule fois, comme ça, juste pour voir ?

Je vais l’essayer et il va tout de suite falloir que j’aille plus loin. Je suis tout de suite dans la frustration et dans l’incompréhension si je ne maîtrise pas. ‘Je suis mort… Pourquoi je suis mort ?’ Faut que je comprenne tout de suite le truc. C’est pour ça que c’est très dur en fait.

Parce qu’à la base dans l’Arcade il y a ce côté social, jouer à plusieurs sur une borne. Est-ce que ce n’est pas paradoxal cette façon de jouer, d’appréhender le jeu ; quelque chose qui te coupe des potes qui pourraient venir jouer avec toi ?

Tu as mis le doigt dessus et c’est exactement ça ! Quand tu es trop dedans, et en plus comme moi en province, je partage peu. A part avec des gens comme on fait maintenant, je me sens tout seul, et j’arrive plus à jouer juste pour le plaisir.

Tu dis que tu es là depuis des années, dans le hardcore gaming. Ça fait combien de temps que tu es dans la recherche de scoring ?

Ça c’est en 2001, depuis Radiant Silvergun. Ça fait maintenant plus de 10 ans.

Dans le sport, à un moment donné tu vieillis, tu cours moi vite. Dans le gaming ce sont les réflexes qui sont primordiaux. As-tu senti avec les années, sur un jeu où à l’époque tu y arrivais mieux ? Est-ce que l’âge joue dans le jeu vidéo ?

C’est possible, mais pour l’instant je ne le ressens pas. Je ne suis pas un vieillard ^^. On en a discuté avec Prometheus (détenteur du record occidental sur Dodonpachi) il y a un an, sur l’appréhension de la difficulté dans les jeux vidéos. Lui pense qu’il y a beaucoup de skill dans une performance ; en terme d’habileté. Et moi je suis plutôt contre. Je pense que tout est une question de timing, de coordinations. De connaissance et d’anticipation. A partir du moment où tu as tout dans la tête, pour moi ça n’est plus du skill.

« Lui appelle ça du skill quand il passe autour des boulettes dans Dodonpachi ; mais pour moi ce n’est pas du skill mais juste qu’il connaît son chemin à la perfection. »

Pour répondre à ta question, non,  je ne le ressens pas et je sais qu’avant j’aurais peut-être été un poil plus rapide sur mes vitesses de réaction. Je me dis qu’on peut la compenser par la connaissance parfaite du jeu. Si je fais référence à un shmup, pour moi c’est un chemin qui doit être fait à la perfection , et ça n’est plus du réflexe.

En t’écoutant parler j’ai l’impression que quelque part tu essayes de rentrer dans la tête du créateur du jeu. Je me pose la question, en étant simple joueur ordinaire, est-ce qu’il y a pas deux philosophies : soit le mec qui essaye de rentrer dans la tête du ‘game creator’, soit le mec qui essaye d’avoir du skill comme tu disais, d’avoir une super bonne technique et qui aborde le jeu différemment. Est-ce qu’il y a pas deux écoles ?

Oui c’est possible. Moi j’ai été dans l’autre école il y a longtemps. Il y a quinze ou vingt ans, quand je connaissais pas le jeu par cœur, c’était les réflexes qui faisaient que je m’en sortais ou que je ne m’en sortais pas. Ce n’était pas forcement la connaissance parfaite du jeu. Et je m’amusais plus à cette époque-là parce que quand on ne connaît pas à la perfection un jeu on s’amuse plus. On a des surprises !

Là j’ai joué à Galagga et je trouve ça génial ; parce que je me laisse surprendre. Je perds une vie et j’en rigole. Alors que dans un jeu que je suis censé connaître par cœur si je perds une vie je vais moins rigoler. A Ghouls’n Ghost si je perds deux ou trois vies ça ne va pas ! Alors que je connais le jeu, et même si je n’ai pas joué depuis un moment.

« Faire de la performance, mentalement c’est vachement dur. Il faut bien se rendre compte de ça. Ça demande d’être passionné, d’aimer le jeu presque autant que l’on peut aimer une personne. Il faut être super patient, et puis faut aimer ‘mourir’ je peux te l’assurer ! »

Après, de mon expérience en tant que joueur ou plutôt de sportif qui a eu un bon niveau (et surtout dans le tennis où le mental est très dur) ça me sert énormément dans le jeu vidéo. J’ai beaucoup bossé sur le mental, je travaille beaucoup sur la PNL (programmation neurolinguistique, préparation mentale). Savoir rester calme, lucide. Tout un tas de choses que j’ai découvert à travers le sport et que je retranscris dans le jeu vidéo.

Pardon, j’ai oublié la question initiale… ‘Par rapport aux deux écoles ?’ Oui, j’étais plus dans l’école du jeu pour s’amuser, et maintenant je suis plus dans la connaissance, la science du jeu.

As-tu une admiration particulière pour les mecs qui sont derrières ces jeux, qui ont pensé à tous les pièges qu’ils te tendent, etc. Est-ce que ce sont des choses que tu essayes d’approfondir ou tu prends juste le jeu tel quel ?

J’ai essayé, à travers des connaissances qui ont pas mal de relations qui ont vécu au japon et qui parlent un peu japonais. Mais je n’ai pas approfondie ; parce que je ne parle pas japonais, que je suis loin de la communauté, et que je ne suis jamais allé au japon, que je ne connais pas trop la culture.

Je suis allé voir un peu sur les réseaux sociaux, sur Wikipedia ou autres pour certains développeurs sur lesquels je voulais en savoir plus. Mais connaissant la culture assez fermée du japon, il faut plutôt les côtoyer de près, faut aller directement là-bas pour leur parler. Les développeurs sont restés dans l’ombre pendant très longtemps.

Et parfois ils ne comprennent même pas qu’on puisse s’intéresser à eux.

Oui. Je pense que maintenant on commence à ressortir les noms des gens qui ont participé à des jeux emblématiques comme Ghost’n Goblins par exemple, mais à l’époque ou les jeux sont sortis personne ne savait qui faisait quoi. C’était juste les studios, comme Capcom. Je pense qu’il a fallu un moment pour voir un staff, avec les noms des gens. Tiens, je ne sais pas quel est le premier jeu à avoir cette particularité d’ailleurs ! (Très bonne question ! Des réponses dans les commentaires ?)

Quand tu t’attaques à un jeu, est-ce que les différents niveaux de difficultés t’intéressent ? T’attaques-tu directement au niveau le plus dur ?

Tu veux dire les niveaux ‘very easy, easy, normal, hard’ ? Non, moi je joue toujours en mode par défaut. Comme mes points de repère pour le scoring sont les meilleurs scores au Japon, je pars sur cette base-là. J’ai essayé sur Shinobi pour voir le jeu sous un autre angle effectivement. Radiant Silvergun sur le XBLA aussi. Mais ça ne m’a pas tenté plus que ça, je préfère rester sur un pattern que je connais parfaitement. C’est toujours pour essayer d’optimiser ce qu’on connaît ; si tu changes de niveau de difficulté tu vas tout changer, et il faut tout réapprendre. Sur Gradius V c’est pareil, tu as quatre types de gestion des options. Si tu passes d’un type à l’autre, ce n’est plus le même jeu. Comme dans pleins de shmups, changer de vaisseau change complètement la donne, ça modifie le gameplay. Quand tu es tellement habitué à un système, à un chemin à faire, et qu’il faut tout changer ; c’est un autre jeu qu’il faut refaire et ce n’est pas facile. Je préfère passer carrément à un autre jeu plutôt que de le refaire dans un mode de difficulté différent.

Ben-Shinobi

Une dernière question : as-tu un jeu ‘Nemesis’, un jeu que tu aimerais bien jouer, décrypter, mais dont le feeling ne vient pas. Un jeu qui ne collerait pas avec ton caractère, à ta manière de l’aborder ?

Tu parles d’un jeu ou d‘un genre ? Le genre c’est le puzzle game. J’adorerais être très bon dans ce genre mais je n’y arrive pas. Parce qu’il faut associer réflexion, connaissance du jeu et réflexes. Comme dans Tetris ou d’autres, les pièces arrivent toujours de manière différente, il faut s’adapter tout le temps. Je pense que je ne serais jamais bon, mais j’aimerais beaucoup.

Dans tous les jeux auquel je joue, il y a une constante, c’est à peu près entre 90 et 95% de patterns scriptés et le reste qui est aléatoire. Et c’est justement sur ces patterns aléatoires que tu vas faire une bonne ou une mauvaise partie. C’est sur ces petits pourcentages là que je joue. Mais dans un puzzle game, je n’y arrive pas parce qu’il y a trop d’aléatoire. Pour être bon dans ces jeux, il faut d’abord passer par de l’amusement. Et comme moi je n’y arrive plus et qu’il faut que je maitrise tout le temps le truc, ça me gonfle.

Après, il  y a aussi peut être le genre manic/danmaku. J’aime le shmup en général, j’ai joué à des trucs un peu plus tordus, et je me dis que le manic ça serait bien de s’y mettre. Mais quand j’y joue je m’emmerde en fait. Je ne sais pas pourquoi, pourtant je devrais kiffer.

J’aime bien maitriser un jeu, je suis capable de rester cinq ou six heures tous les jours pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Je travaille beaucoup le mercredi et le samedi, sinon je bosse surtout le soir. Du coup dans la journée je suis tout seul chez moi.

Tu ne t’en lasses pas au bout d’un moment ?

Non ! Même si je connais le truc par cœur, je vais jouer cinq ou six heures, sur mes sept ou huit heures de temps libre. C’est l’intensité du mouvement qui va faire qu’après tu es complètement immergé.

Ben-02

Interview croisée de Ben Shinobi à l’occasion de son passage à Coin-op Legacy en avril 2014, réalisée par Olisan, Joël & Wahwah.

141011_CNJ1

RETROGAMING CNJ

C’est reparti pour un tour ! Nouvel après-midi rétro gaming au Centre National du Jeu, le samedi 11 octobre de 15H à 20H.

Pour cette nouvelle saison, en plus des nombreuses consoles rétro disponibles, nous mettons à votre disposition quatre bornes d’Arcade. N’hésitez pas à passer le mot autour de vous (et en plus c’est gratuit…).

Informations pratiques

141011_CNJ

Legacy_02b

LEGACY #02

Après une période estivale peu glorieuse niveau ensoleillement, on vous propose de venir prendre quelques couleurs chez Coin-op!
Le prochain rassemblement Arcade LEGACY #02 aura lieu le soir du samedi 4 octobre 2014. Début des hostilités à 20H30 précises.


CONTENU

Le concept des rassemblements reste le même, à savoir au programme : boissons fraîches à volonté, set DJ, plus de 35 machines en freeplay, concours avec des lots offerts par notre partenaire Pix N’ Love!

Cette fois ci nous vous proposons de démontrer vos capacités de pilotage lors d’un concours sur le fabuleux Super Sprint (Atari 1986)!

Legacy_02c

Super-Sprint-Fllyer-2

Super-Sprint-Flyer

La version 2 joueurs, Championship Sprint, étant également disponible à la salle, vous aurez de quoi vous entrainer avant de tenter de devenir le grand champion de la soirée!

Championship-Sprint-Flyer

Nous aurons également l’honneur d’avoir à nos cotés deux superplayers français, à savoir le duo BOS et YACE! Ne loupez pas cette occasion ‘unique’ de les rencontrer et échanger avec eux!

BOSYACE

INSCRIPTION

Les inscriptions sont maintenant terminées.

Nous enverrons un email à tous les participants quelques jours avant l’évènement avec les détails de la soirée (adresse exacte, règlement intérieur, rappel des horaires, etc.)

Le paiement de la participation de 15€ se fait uniquement sur place le soir de l’événement, en espèces. Préparer l’appoint si possible svp.

Pour toute question, nous restons bien entendu à votre entière disposition à l’adresse suivante : contact@coinoplegacy.com

A bientôt!
L’équipe Coin-op Legacy

DannyPassarella

DANNY PASSARELLA (UK)

Nous rencontrons aujourd’hui Danny Passarella, de ‘Passarella Death Squad’, qui nous dit quelques mots sur son projet ‘Fantasy Scenes’.

10543537_10154422389260521_788269220494769845_o

Exposé jusqu’à ce dimanche 3 août à la galerie d’art du Forge & Co, au coeur de Londres, puis du 8 au 10 août à Newcastle, ‘Fantasy Scenes’ fait la part belle aux bornes d’Arcade rétro.

10473473_10154422388420521_1421717368811664926_o

« Coin-op Legacy : Bonjour Danny. C’est intéressant de voir que des artistes comme toi s’intéressent de près à l’Arcade rétro. Peux tu commencer par nous expliquer qui tu es ?

Danny : Avec plaisir. Mon nom est Danny Passarella, je vis actuellement à Londres, et je suis originaire d’un endroit appelé Whitley Bayprès de Newcastle en Angleterre.
Le projet ‘Fantasy Scenes’ est basé sur mon enfance à Whitley Bay.

J’ai créé il y a quelques années la société ‘Passarella Death Squad’, qui est à la fois une marque de mode et un projet musical. Je suis moi-même fashion designer et musicien.

10497125_10154422388550521_2886903862324951087_o

Comment est né le projet ? Pourquoi l’Arcade rétro ?

Whitley Bay n’est plus l’endroit que j’ai connu dans ma jeunesse. Comme beaucoup de stations balnéaires britanniques de l’époque Victorienne, Whitley Bay a souffert depuis plusieurs décennies. Ce qui était autrefois n’est plus aujourd’hui. Les Arcades et les bars ont maintenant disparu.

De mon point de vue ces machines sont réellement iconiques, représentatives de cette époque. J’ai découvert que d’autres personnes voyaient ces machines avec un regard similaire, comme une représentation de leur jeunesse, d’une époque qui leur est chère.

10431338_10154422388710521_7265455021875896225_o

Comment as tu choisi les machines ?

J’ai choisi ces différents modèles en partie car ils font parti de mes souvenirs d’enfance, mais également bien entendu par leur esthétique si particulière. C’était en effet très important de représenter des bornes qui aient un attrait graphique intéressant, pour que les personnes extérieures au monde de l’Arcade  regardent également avec intérêt ces créations.

10497341_10154422389110521_8186824112512892825_o

Tu as intéragi avec de nombreux passionnés, propriétaires de machines d’Arcade. Quelles ont été les réactions face à ton projet ?

C’était génial de discuter et collaborer avec des gens aussi motivés et enthousiastes. Tout le monde, quelque soit les pays où habitait les gens, s’est prêté au jeu avec sérieux. Cela m’a été d’un grand aide.
De ce que j’ai pu voir de leurs réactions face au produit final, ils semblent vraiment avoir apprécié ces créations.

10450328_10154422388675521_4309867246507065818_o

Après toutes ces années, que représente pour toi l’expérience de l’Arcade ?

L’expérience Arcade est vraiment unique. J’aime toujours autant les aspects visuel, ludique, et bien entendu sonore de ces machines, autant que je les aimais étant plus jeune.

10463743_10154422389040521_6072798807501093556_o

Tu as vu des images de notre ‘QG’ à Coin-op Legacy. Quel est ton ressenti par rapport à ce projet ?

Je l’adore! C’est vraiment génial de voir après toutes ces années ces machines dans un état identique que celui de leur gloire passée. C’est beau de voir un groupe de passionnés qui travaillent dur pour quelquechose auquel ils croient et font attention.

10494440_10154422389065521_1339715514192819382_o

Merci beaucoup pour le temps que tu nous as consacré Danny. N’hésite pas à nous tenir informé de tes futures réalisations !

Je n’y manquerais pas. Merci à vous pour votre intérêt ! »

10553857_10154422388965521_4848190935329461732_o


Pour information, Danny pense déjà à ses prochaines réalisations et recherche actuellement d’autres propriétaires de classiques Arcade tels que : Street Fighter (premier du nom), Rampage, Paperboy, Quartet, Roadblasters version cockpit.


Si vous êtes propriétaire d’une de ces bornes -et que vous êtes susceptibles de la prendre en photo dans de bonnes conditions- n’hésitez pas à le contacter par email à l’adresse suivante :
danny@passarella.co.uk.
Danny vous expliquera son besoin exact.

Une belle opportunité de voir sa propre machine mise en valeur sur ces magnifiques tableaux (nous en avons fait l’expérience) !


LIENS

Le site web de Danny Passarella où vous trouverez ses réalisations au fil des années.
Si vous souhaitez découvrir sa musique, c’est ici.

Plus d’informations sur le projet ‘Fantasy Scenes’.
Créations maintenant disponibles à la vente ici!

FANTASY SCENES #1 > 10

DannyPassarellaFantasyScene01 DannyPassarellaFantasyScene02 DannyPassarellaFantasyScene03 DannyPassarellaFantasyScene04 DannyPassarellaFantasyScene05 DannyPassarellaFantasyScene06 DannyPassarellaFantasyScene07 DannyPassarellaFantasyScene08 DannyPassarellaFantasyScene09 DannyPassarellaFantasyScene10

Video Arcade Gaming Preservation & More